La route de Marrakech


Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

LE PROJET DE L’APMM MAROC ET INTERNATIONALE À LA COP22

Afin de préparer ce rendez-vous mondial dans la continuité de la COP21 où elles étaient présentes, les APMM Maroc et Internationale organisent et participent, avec les autres APMM locales, à un ensemble d’activités et d’événements régionaux et internationaux engagés depuis ce début d’année sous le terme de:

« La Route de Marrakech »

 

  1. LES MONTAGNARDS(E)S EN PREMIÈRE LIGNE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

 

Le changement climatique actuel est lié à l’histoire de l’industrialisation, la consommation massive des énergies fossiles et au modèle de croissance global actuel. Bien que les montagnes soient les victimes d’un processus dans lequel elles n’ont pas de responsabilité directes, les populations sont particulièrement vulnérables du fait de modes de production qui les marginalisent. C’est la raison de la participation de l’APMM à la COP22 sur le terrain des négociations pour que les mécanismes de lutte intègre le rôle de la montagne dans les solutions face au changement climatique.

 

Les populations vivent la montagne à l’échelle de leurs territoires, l’impact du changement climatique y est particulièrement visible et sensible dans les montagnes du monde. Les glaciers sont menacés de disparition dans de nombreux massifs, et les conséquences sont plus fortes que dans les autres milieux. En montagne le réchauffement est plus rapide qu’ailleurs, les aléas souvent extrêmes qui affectent les écosystèmes en montagne sont appelés à s’amplifier, multipliant les catastrophes naturelles, aggravant la situation des populations souvent très vulnérables dont l’accès aux ressources est très limité, et les obligeant aux migrations, à l‘exode, prenant aujourd’hui part aux flux de réfugiés climatiques.

 

 

  1. L’APMM MAROC ET LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

 

Dans les Montagnes du nord de l’Afrique et au Maroc, les études de la Banque Mondiale prévoient une rapide et forte diminution de la pluviométrie avec un caractère encore plus aléatoire. Cette année, la récolte des céréales au Maroc est annoncée en baisse de 70% par rapport à l’an dernier. La cédraie est en danger. Ces bouleversements climatiques touchent à la sécurité alimentaire, au patrimoine, à la biodiversité. Les écosystèmes fragiles de montagne et les activités des populations sont menacés.

 

Au Maroc, les montagnes constituent une part importante du territoire national et jouent un grand rôle essentiel dans les équilibres du pays. Elles sont le château d’eau qui alimente les grandes plaines irriguées, les grandes villes, elles apportent des ressources alimentaires, des productions forestières et pastorales et des services environnementaux indispensables au pays.

Des populations encore nombreuses les habitent, les entretiennent, les rendent vivantes en gardant leur lien profond à la Nature. Souvent restées à l’écart de la modernisation, elles sont prêtes à se mobiliser pour défendre leur patrimoine, leurs sources de vie, et protéger leur futur, en offrant les produit et services de haute qualité qui sont leur marque. La diaspora montagnarde marocaine leur apporte sa solidarité.

 

Les populations ont su trouver dans la longue durée, les formes d’organisation et de contrôle de leurs ressources provenant d’écosystèmes complexes et fragiles. Elles ont su développer des systèmes ingénieux de mise en valeur des richesses de leur territoire grâce à des règles rigoureuses de gestion collective capables de supporter des aléas de toute nature auxquelles elles étaient confrontées. Par leur travail et leur présence au quotidien, les femmes jouent un rôle particulièrement important dans la transmission des cultures montagnardes


 

MITIGATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

 

Le changement climatique augmente les risques et rend plus vulnérables les populations, spécialement celles qui ont un accès limité aux ressources. Il peut entraîner de graves conséquences de nature socio-économique, environnementale et politique.

 

C’est pourquoi, l’APMM Maroc avec l’APMM Internationale ont décidé de :

  • Porter la voix des montagnard(e)s confrontés aux défis du changement climatique et de la désertification qui menace un développement équitable et durable de leurs territoires.
  • S’engager pour être présentes dans les différents espaces de la COP de façon à faire entendre la voix des montagnards à Marrakech. Les montagnard(e)s veulent montrer que leurs savoirs, leurs cultures, leur longue expérience de la gestion collective des richesses territoriales dans des contextes très aléatoires et difficiles, sont un capital. Ces atouts constituent aujourd’hui les supports des solutions face aux changements climatiques : énergie décarbonnée, systèmes de gestion ingénieux de la biodiversité, nouveaux produits et services, agro écologie, patrimoine et tourisme.
  • Etre la solution par nos pratiques, spécialement nos savoirs d’organisation
  • Proposer les changements : adaptations, résistances, opportunités, innovations
  • Se mobiliser pour proposer les politiques adaptées aux défis de la transition dont va traiter la COP22 à Marrakech et pour cela, elle prévoit :
    • Participer aux mécanismes de lutte contre le changement climatique et la désertification,
    • Partager leur engagement avec les autres montagnes du monde et autres mouvements ayant les mêmes objectifs.